dimanche 17 mars 2013

" LES OUVRIERS DU SEIGNEUR " AND THE EVANGELIST SERGE RAGONNAUD :
ALAIN, LE CHANTEUR, A ACCEPTE JESUS-CHRIST AVEC SERGE RAGONNAUD DANS LES ANNEES  60 ET EST DEVENU, PAR LA SUITE, CHANTEUR ET PREDICATEUR.
KAROLYNE, LA CHANTEUSE, A EGALEMENT TRAVAILLE AVEC SERGE RAGONNAUD PENDANT PLUSIEURS ANNEES.
(Chants en français par Alain et Karolyne traduits en anglais et courte prédication de Serge Ragonnaud en anglais)
video
APRES SA CONVERSION, ALAIN A CREE LE QUATUOR JOIE DONT  SERGE RAGONNAUD A ETE L'EVANGELISTE PENDANT PLUSIEURS ANNEES.
(Photo du Quatuor Joie, lectures de versets de la Genèse par Serge Ragonnaud en anglais et "DIEU TOUT PUISSANT" interprèté en anglais par Georges Beverly Shea)
LA CREATION :
(TEXTES EN FRANCAIS ET EN ANGLAIS)
video
PHOTOS, COURTE PREDICATION DE SERGE RAGONNAUD EN ANGLAIS ET CHANT INTERPRETE EN ANGLAIS PAR GEORGES BEVERLY SHEA :
" LA FIN DES TEMPS, LE RETOUR DE JESUS-CHRIST "
(TEXTE EN FRANCAIS ET EN ANGLAIS)
video


En 1962, une nouvelle salle de réunion est trouvée sur la place Wilson, une des deux plus importantes places de la ville. Le Seigneur pourvoit miraculeusement à l'argent nécessaire pour l'achat de la salle. Des missionnaires vendent plusieurs de leurs possessions personnelles, certains chrétiens américains prêtent de l'argent à des taux d'intérêt réduits, une famille française hypothéque même sa maison. En mai 1962, se tient le premier culte dans la nouvelle salle de l'église et cela continue jusqu'en 1989. En juillet de la même année, l'église, devenue indépendante, déménage rue de la Concorde pour des locaux plus grands. Les revenus de la place Wilson aide encore à payer ce loyer.Ainsi pendant plusieurs années, avec l'aide de chrétiens français, trois personnes continuent à évangéliser la ville de Toulouse. Chaque été, des réunions d'évangélisation sous la tente sont tenues dans plusieurs secteurs de la ville. Des films scientifiques de Moody sont obtenus pour être projetés sous la tente et dans diverses salles municipales de la région.

Durant cette période, plusieurs jeunes gens remarquables acceptent Christ comme leur Sauveur et manifestent leur désir de le servir. Certains d'entre eux demandent au pasteur de leur enseigner les bases de la Parole de Dieu ce qu'il fit avec quatre étudiants.


Avec l'aide des quatre jeunes et de plusieurs chrétiens français, les missionnaires continuent à évangéliser utilisant toujours la tente et les films de Moody. Une oeuvre démarre à Mont-de-Marsan. L'équipe s'y rend chaque semaine pour une étude biblique. Ensuite, une salle est louée à Muret à 20 kilomètres de Toulouse où trois familles avec au total dix enfants forment le noyau de la nouvelle église qui sera quelques années plus tard complètement autonome.


Entre temps, l'église de Toulouse continue à évangéliser et donc à grandir. En 1967, une campagne d'évangélisation sous la tente est entreprise dans la partie la plus peuplée de la ville. Lorsque la Guerre de six jours éclate en Israël, l'occasion est bonne de rappeler que Dieu contrôle tout et qu'il a un plan pour chaque vie si on se tourne vers lui. Des âmes sont sauvées et l'église connait une nouvelle croissance.


ETUDIANTS MISSIONNAIRES

En 1968, en congés aux Etats Unis, le pasteur pense à une nouvelle méthode missionnaire. A cause du manque désespérant de missionnaires en France et aussi parce que des lycéens ont répondu à l'appel pour être missionnaires, il innove un programme intensif de formation de missionnaires (I.M.T = Intensive Missionary Training Program). Il décide d'offrir à de jeunes américains, désireux de servir le Seigneur en France et recommandés par leurs églises et pasteurs, l'opportunité de faire l'Institut Biblique directement sur le champ de mission c'est-à-dire l'étude de la langue, de la Parole de Dieu et la pratique du ministère.

Au début de l'année 1968, le pasteur demande à la missionnaire qui travaille avec lui et sa femme de chercher une maison ou un appartement assez grand pour loger les cinq jeunes américains qu'il va ramener avec lui, quelques étudiants français ainsi que lui-même et sa femme. Elle commence les recherches et naturellement le Seigneur la dirige au bon endroit. Après avoir visité la maison en question, la missionnaire est si convaincue que c'est le choix de Dieu qu'elle demande à l'un des diacres de lui prêter l'argent pour payer la caution afin de la réserver jusqu'au retour du pasteur et de sa femme. En mai 1968, les cinq nouveaux étudiants américains, les trois étudiants français et le pasteur et sa femme déménagent dans la "Grande Maison" au milieu des grèves et des manifestations des étudiants et des travailleurs.


Au même moment, deux autres américains arrivent en France : un autre pasteur et sa femme de l'église de Neenah (Wisconsin - USA). Bien qu’il approche de l'âge de la retraite, il change l’ordre de ses priorités. Adhérant complètement à l'idée révolutionnaire de l'I.M.T, il abandonne son ministère de pasteur qui pourtant lui garantissait un salaire, un logement et une retraite. Lui et sa femme se lancent par la foi à chercher du soutien afin de consacrer tout leur temps pour le travail de la mission. Ainsi donc la mission accueille ses premiers représentants nord-américains. Aussitôt qu'ils obtiennent les fonds nécessaires, l'autre pasteur et sa femme font leur première visite sur le champ de mission. Et là, ils tombent amoureux de la France et des chrétiens français.


Durant leur voyage, les nouveaux étudiants américains commencent des cours de français sur le paquebot "Queen Elisabeth II" et continuent à plein régime durant les mois d'été malgré les réunions à l'église et les campagnes d'évangélisation. Les cours, tous dispensés en français, débutent à l'automne. Désireux d'être dans l'oeuvre malgré leurs lacunes en français, les étudiants américains apprennent des Negro Spirituals avec les jeunes français. Ils sont ensuite allés à l'Université de Toulouse pour donner un concert entrecoupé de témoignages personnels. A la fin, plusieurs étudiants agnostiques ou athés viennent poser des questions aux chrétiens. Par la suite, plusieurs "concerts" sont donnés et quelques étudiants même viennent à l'église et acceptent le Seigneur. Le groupe de chant "LES KIDS" (dont a fait partie Serge Ragonnaud) est devenu si connu qu'il est invité par plusieurs églises françaises.

L'année suivante, l'Institut Biblique s'agrandit en accueillant de nouveaux étudiants tels qu'un étudiant de la Faculté de Médecine, un jeune homme de l'église de Toulouse, un de Perpignan et un nouvel Américain. Une solide amitié se forme entre les étudiants qui participent ensemble aux cours, aux réunions, aux visites et aux campagnes d'évangélisation.



En 1970, la missionnaire et plusieurs étudiants-missionnaires américains rentrent chez eux pour des congés. De septembre à décembre, ils font ensemble une tournée dans des églises des états de Wisconsin, Illinois, Indiana, Kansas et Californie pour présenter l'Institut et les besoins de la France. Après Noël, ils parcourent les Etats de New-York, Pennsylvanie et New-Jersey. Ils ont beaucoup de contacts avec des jeunes gens dont certains se joignent plus tard au programme I.M.T en France.


Pendant qu'une partie des étudiants est aux Etats-Unis, quatre de ceux qui sont restés à Toulouse, forment un quatuor et commencent à chanter ensemble lors des plein-airs. Ils finissent par devenir très populaires et sont, par conséquent, invités à travers toute la France par plusieurs églises. "LE QUATUOR JOIE", connu aussi bien pour ses compositions originales que pour son large répertoire de Negro Spirituals, enregistre plusieurs disques et cassettes qui sont appréciés et repris par beaucoup de jeunes français.


Au début de l'année 1971, les étudiants en congés aux Etats-Unis rentrent en France. Trois nouveaux étudiants américains arrivent un peu avant l'été et commencent rapidement à étudier le français avec la missionnair afin d'être prêts pour la rentrée à l'Institut. D'autres français se joignent à eux et deviennent aussi membres de la famille des étudiants missionnaires. "La Grande Maison" contient à peu près une vingtaine de personnes.

Durant cette période, "LE QUATUOR JOIE" assume la responsabilité pastorale de l'église de Perpignan. Chaque mercredi, à la fin des cours, ils partent là-bas dans une vieille 2 CV, profitant du voyage pour étudier ensemble dans la voiture. Ils dirigent les cultes, organisent des réunions d'évangélisation et des groupes de jeunes, font aussi des visites, etc. Ils reviennent à Toulouse dans la soirée du dimanche suivant après la réunion de l'après-midi. Ils sont vraiment très occupés et souvent très fatigués mais contents d'être au service du Seigneur !

En 1972, lors de la remise des diplômes, des pasteurs et des missionnaires, viennent de toute la France pour participer à l'examen et à la consécration de quatre étudiants de l'Institut. Tous les visiteurs sont étonnés des connaissances bibliques des candidats révélées dans la présentation de leur thèse et par les réponses qu'ils donnent aux questions du Conseil.

En 1973, le pasteur et sa femme, le "Quatuor Joie (Sauf Serge Ragonnaud, qui est resté à Toulouse)" et cinq autres musiciens sont invités en Côte d'Ivoire par des églises africaines pour tenir des réunions d'évangélisation pendant deux mois. Le lendemain de leur arrivée à Abidjan, ils sont invités à présenter leur ministère à la télévision nationale.

A partir de ce moment, ils sont particulièrement bénis par le Seigneur partout où ils vont. Ils peuvent toucher pendant ces deux mois, 20 000 personnes dont 2000 viennent à Christ. Toutes leurs réunions ont lieu dehors parce qu'il n'y a pas de salle assez grande pour contenir les foules. Ces réunions sont le début d'un réveil qui balayera les églises nationales pendant toute une année. Les églises des villes visitées finissent par construire de nouveaux bâtiments pour s'adapter aux assemblées croissantes.


De 1972 à 1976, l'Institut Biblique continue à former d'autres étudiants aussi bien américains que français. Pour beaucoup, "La Grande Maison" devient l'endroit favori pour se retrouver, aussi bien pour les jeunes de l'église de Toulouse que pour d'autres du sud-ouest de la France qui viennent pour des groupes de jeunes, pour du repos ou pour des questions de mariage etc. Certains étudiants rencontrent là leur future "co-équipière", d'autres deviennent pasteur ou partent pour aider de nouvelles églises, pas seulement en France mais aussi en Espagne, à Haïti, au Liban, au Canada et aux Etats-Unis.


L'EXPANSION CONTINUE

En Automne 1975, le pasteur trouve une nouvelle maison pour l'Institut Biblique en plein centre de Toulouse, à cinq minutes à pied de l'église. Après des mois de nettoyage et de rénovation (peinture, papier-peints, carrelage, etc), au mois de mai 1976, la maison est enfin prête, juste à temps pour le vingtième anniversaire de la mission qui rassemble au cours du week-end de la Pentecôte, de nombreux prédicateurs et visiteurs appartenant à d'autres églises et missions.

Les quatre années suivantes sont très remplies; les anciens étudiants aident les missionnaires à enseigner les nouveaux et forment aussi des équipes d'évangélisation. Celles-ci sont envoyées pour fonder de nouvelles églises dans d'autres villes françaises.

A ce jour, il y a déjà six églises baptistes indépendantes grâce à la nouvelle mission, sans compter celle de Bordeaux formée par un autre biais.

· · Toulouse
· Perpignan
· Montauban
· Limoges
· Tarbes
· Muret

L'EXTENSION VERS PARIS


L'église de Toulouse, l'Institut Biblique et les églises des alentours sont soumis à un Comité composé de professeurs et de missionnaires (plusieurs anciens étudiants se sont joints entre temps à la mission). En 1977, le pasteur ressent une nouvelle fois le besoin d'étendre l'oeuvre. Paris, avec ses 10 millions d'habitants, devient son fardeau. Il commence donc à chercher une salle de réunions... Le pasteur et sa femme retournent aux Etats-Unis où Dieu les aide à trouver une somme d'argent suffisante à leurs yeux pour commencer une oeuvre à Paris.

Après presque deux ans de recherches et de prières, il faut une intervention miraculeuse pour obtenir un local. Le peu d'argent dont ils disposent n'est rien en comparaison des loyers exorbitants de Paris. Et Dieu fit le miracle !


C'est alors qu'une équipe composée de dix étudiants et missionnaires monte à Paris pour rénover la nouvelle salle et démarrer l'oeuvre.


L'église Baptiste du Centre de Paris ouvre donc ses portes au public en 1978 !


Des semaines de réunions d'évangélisation sont tenues, des milliers d'invitations et de traités sont distribués... Chaque jour, il y a une réunion de prière et l'équipe fait de nombreux contacts. A la dédicace de l'église, une Expo-Bible est présentée pendant deux mois et plus de 2000 personnes y assistent. Et parmi ces visiteurs, quelques personnes acceptent le Seigneur et sont baptisées. L'église est organisée et reconnue officiellement en 1979 par le gouvernement français comme étant une Association Cultuelle à but non-lucratif.



NOUVELLE DECENNIE

En 1981, il y a plusieurs changements.
En janvier, à cause du départ à la retraite de la trésorière de la mission aux U.S.A. - après vingt ans de service - et de la maladie de la femme de l'autre pasteur qui ne peut plus s'acquitter de ses tâches de secrétariat, la missionnaire retourne aux Etats-Unis pour prendre la responsabilité du secrétariat et de la trésorerie. En juin, le bureau de la mission est transféré à Bradenton en Floride.

Cet automne là, l'Institut Biblique quitte Toulouse pour être transféré à Mantes-la-Jolie, une petite ville au nord-ouest de Paris. Avec l'aide des étudiants, une église démarre là aussi. L'occasion leur est donc donnée de mettre en pratique ce qu'ils apprennent à l'Institut Biblique en distribuant des traités, en évangélisant dans la rue, en prêchant, en faisant des classes bibliques pour enfants et en organisant des groupes de jeunes.


Le pasteur et sa femme continuent à enseigner à l'Institut Biblique jusqu'à la fin de l'année 1985, après cela, la responsabilité de l'école passe entre les mains d'un ancien étudiant et de son équipe. Entre 1968 et 1981 soixante-dix personnes ont fait l'Institut à Toulouse et quinze autres à Mantes-la-Jolie entre 1981 et 1985. Tous ne sont pas diplômés mais la plupart d'entre eux sont à plein-temps dans le service du Seigneur ou sont devenus des chrétiens actifs soutenant leurs églises respectives à travers toute la France.


Après le transfert administratif de l'Institut, plusieurs étudiants de Paris demandent à continuer leurs études avec le pasteur et sa femme. C'est pourquoi, un autre Institut Biblique fut fondé; les cours se déroulent à l'Eglise Baptiste du Centre. En 1988, une maison est achetée à Chelles, dans la banlieue Est de Paris. Quelques anciens élèves et pasteurs viennent occasionnellement des quatre coins de la France pour aider le pasteur et sa femme dans l'enseignement. Les étudiants participent activement à la vie de l'église de Paris et chaque été, organisent des campagnes d'évangélisation dans les autres églises.


Malgré les rechutes, l'église de Paris continue à grandir et à toucher de plus en plus d'âmes dans cette grande ville de Paris. Le pasteur et sa femme sont aidés dans leur tâche par d'anciens élèves, un missionnaire canadien et une nouvelle équipe d'étudiants-missionnaires.


En 1987, au terme du bail des locaux de l'église, le propriétaire augmente le loyer de 40 %. L'église est donc obligée de trouver une nouvelle salle de réunions. Après plusieurs déménagements, l'église s'installe dans un centre de formation pour adultes qui est disponible seulement les dimanches et mercredis soirs. Après quelques années d'errance (pas de réelle salle de réunions, pas de bureau, installant et enlevant les chaises deux à trois fois par semaines), tout devient un poids difficile à porter. Chacun prie avec ferveur pour une salle permanente, adaptée aux besoins de l'église.


Au début de l'été 1991, une merveilleuse opportunité s'offre dans un bon quartier : loyer raisonnable, lieu accessible à tous, accord unanime de l'assemblée - les démarches sont néanmoins longues...


Une lettre du maire de l'arrondissement recommande l'église et ses membres, les désignant comme "bons voisins". En dépit de tout cela, la salle ne peut pas être louée à cause de plusieurs raisons administratives. La déception est grande mais l'autre pasteur qui est de passage à Paris à ce moment-là, sent que si Dieu n'a pas répondu pour cette salle c'est parce qu'il a quelque chose de meilleur en réserve. C'est si difficile à croire, qu'au lieu de chercher une nouvelle salle, l'initiative est prise d'acquérir simplement un petit appartement. Celui-ci servira de bureau et de foyer. Le pasteur en trouve un, mais le pasteur adjoint, après l'avoir vu, sent que ce n'est pas adéquate. Le pasteur lui confie alors les recherches d'un local pour la nouvelle église.


Le pasteur adjoint continue à éplucher les petites annonces lorsqu'à la fin du mois de juillet, il trouve quelque chose dans un lieu qui plait beaucoup à l'église. Le loyer est de 20000 francs, ce qui est beaucoup moins cher qu'ailleurs. La salle principale peut contenir 200 personnes et les autres pièces plus de 30 ou 40 personnes.


Or, il y a 2 autres acheteurs intéressés par cette salle. Mais l'église a une chance de la louer si tous les papiers sont rapidement complétés et l'affaire conclue en trois jours - c'est-à-dire avant le 1er août. Etant aux Etats-Unis, la femme du pasteur ne peut pas fournir tous les papiers nécessaires. Heureusement, qu'auparavant elle avait déjà préparé un dossier pour les salles précédentes. Alors dans la même après-midi, bien avant la date limite, les papiers sont présentés à l'agence immobilière. Ainsi, le 31 juillet le bail est signé. L'Eglise Baptiste du Centre a enfin sa nouvelle salle et la dédicace a lieu au mois de novembre 1991.



En 1983, une autre porte s'ouvre lorsque le gouvernement français décide de légaliser les radios libres FM. L'équipe de Paris monte un studio d'enregistrement afin de préparer des émissions quotidiennes qui sont diffusées sur ces nouvelles radios libres. Un téléphone spécial est installé pour répondre aux auditeurs. Les chrétiens organisent un roulement pour répondre aux appels téléphoniques qui suivent chaque émission. C’est un bon moyen d'annoncer l'Evangile à des milliers de personnes. Poussés par la curiosité, certains viennent même à l'église et quelques-uns d'entre eux sont convaincus de péché en entendant la prédication et acceptent le Seigneur comme leur Sauveur personnel. C’est le cas de la propriétaire de la station de radio. L'église connait donc une nouvelle croissance !


Un autre pasteur et sa femme, pasteurs et missionnaires à Montauban, pleins d’audace et de foi réussissent à monter une radio et à obtenir leur propre fréquence. C’est ainsi que le 17 Octobre 1983 Radio Sentinelle émet pour la première fois sur les ondes. Une porte extraordinaire vient de s’ouvrir pour l’Evangile! Ils peuvent émettre 24 heures sur 24 et atteindre des milliers de personnes dans la région. Plusieurs personnes se convertissent et s’ajoutent à l’église. C'est à cette époque qu'un jeune homme de l'église commence à les aider. En 1992, ils obtiennent l'autorisation d'émettre encore plus loin. L'impact est encore plus grand.



En 1988, les églises indépendantes s'organisent pour former une Alliance Baptiste qui a pour principal objectif la communion fraternelle. Deux fois dans l'année les pasteurs et les chrétiens de ces églises ont l'habitude de se rencontrer dans un lieu central pour s'encourager, pour échanger des informations, pour louer et prier le Seigneur ensemble. Chaque été, les chrétiens se rassemblent aussi pour partager cette communion dans des camps de famille (Cévennes, Alpes, Bergerac etc).


Au cours des réunions de l'Alliance du mois de mai 1991, deux personnes partagent leurs fardeaux : pour l'un c'est de changer de ministère en fondant une nouvelle oeuvre, pour l'autre c'est une porte qui s'ouvrait à Nice (ville de 440 000 habitants). En juin, l'un d'eux avec sa femme, quittent par la foi leur église établie de Limoges, renonçant ainsi à leur salaire pour démarrer une oeuvre à Nice. Ils apprennent à dépendre totalement de la provision de Dieu.


Trois personnes qui viennent de déménager de Toulouse, se joignent à la famille d'un autre. L'oeuvre démarre donc en août 1991 avec cinq membres (réponse à la prière). Au début, le culte se déroule dans leur appartement. Mais au bout de quelques mois, le Seigneur leur donne comme lieu de culte, une salle de danse classique placée dans le centre ville. Cette salle est finalement convertie en église en juillet 1992 avec l'aide d'une équipe parisienne. La campagne d'évangélisation de février 1992 a pour fruit deux conversions celle d'une personne qui partiera à l'Institut Biblique l'année suivante et le fils du pasteur de cette assemblée. En septembre de la même année, sept chrétiens de l'Action Biblique se joignent à l'assemblée ce qui permet à l'église de devenir rapidement autonome financièrement.


La dédicace de la salle est célébrée au printemps 1993 avec l'heureuse présence d'un adjoint au maire de Nice. De 1994 à 1996, les conférences du week-end et quelques campagnes d'évangélisation soutenues par des équipes parisiennes sont les principales activités d'évangélisation de l'église. Par la grâce de Dieu, il y a donc plusieurs conversions et six baptêmes : actuellement, l'assistance atteint une quinzaine de personnes et une dizaine d'enfants.


CLIQUEZ ICI POUR VOIR MON AUTRE PAGE SUR FACEBOOK
CLICK HERE TO SEE MY OTHER PAGE ON FACEBOOK :
https://www.facebook.com/jenedesirepas.donnermonnom?fref=ts